Le récit d’aventures du Dr Simon Tanguay

DSC 0050
Dr Simon Tanguay, Chiropraticien Montréal

Dr Simon Tan­guay, Chi­ro­prati­cien Montréal

À la recherche de la cause de mes problèmes

Comme vous, j’ai sur­monté chaque jour le décourage­ment d’être en douleur. J’étais forte­ment intéressé à trou­ver les causes respon­s­ables de mes maux. Chercher à guérir de mes prob­lèmes de santé m’a fait pren­dre con­science que plus d’un fac­teur étaient

Read More

Les 6 erreurs les plus communes que les gens font lorsqu’ils sont en douleur

Erreurs

erreursDans ma quête pour pour pou­voir offire le traite­ment le plus effi­cace con­tre la douleur et les autres prob­lé­ma­tiques chroniques, j’ai tra­vaillé avec des cen­taines de patients et j’ai effec­tué des mil­liers de traite­ments. Grâce à tout cela, j’ai remar­qué qu’un grand nom­bre de gens font des erreurs (sou­vent sans même le savoir !) qui les empêchent d’atteindre leurs objec­tifs de santé.

Apprenez ce que sont ces erreurs si vous voulez les éviter … et obtenez les béné­fices d’une meilleure santé plus rapidement.

1. Min­imiser leur mal ou leur problème.

Per­sonne ne veut avoir mal. La douleur peut être inquié­tante ou effrayante, surtout quand on ne sait pas ce qui la cause ou com­bien de temps cela va durer.

Et donc, quand nous sommes en douleur, nous avons ten­dance vouloir min­imiser la grav­ité du prob­lème. Nous ne voulons pas croire que c’est grave et nous essayons de nous dire que « ce n’est pas si mal » et que « ça va bien aller ». Pourquoi ? Parce qu’admettre à nous-mêmes que cela pour­rait être un prob­lème grave peut être assez embêtant !

En faisant ceci, d’une cer­taine manière nous pen­sons « loin des yeux, loin du cœur », mais le corps ne peut pas se le cacher. C’est un mécan­isme naturel de l’homme de vouloir min­imiser les choses. À court terme, on se sent mieux comme ça. On ne s’inquiète plus et ça fait du bien. Mais à long terme, cela peut faire empirer les choses.

2. Baisser les bras face à la douleur.

Puisque il existe tant d’options pour le traite­ment de la douleur, il n’est pas éton­nant que la plu­part des gens aient essayé beau­coup de choses. Cer­taines per­son­nes trou­vent une solu­tion, d’autres con­nais­sent une légère amélio­ra­tion de leur état et, pour cer­tains, mal­gré leurs efforts, la douleur persiste.

Qu’est-ce qui se passe quand les gens essaient des choses qui ne don­nent pas les résul­tats espérés ? Eh bien, sou­vent les gens abandonnent !

Ils ont essayé, les choses ne se sont pas placées, donc ils croient qu’ils vont devoir tout sim­ple­ment vivre avec le prob­lème. Le plus triste à ce sujet c’est que pour de nom­breuses per­son­nes, cela ne prend pas beau­coup de temps avant qu’ils aban­don­nent. Quelques ten­ta­tives infructueuses peu­vent les amener à jeter l’éponge et s’arrêter là. Ils con­clu­ent que rien ne va marcher pour eux.

3. Remet­tre cela à plus tard.

Per­sonne ne veut aller chez le doc­teur. Très peu de gens se réveil­lent le matin en cri­ant: « Youpi ! Je vais chez mon chi­ro­prati­cien ! » Les gens vien­nent ici par néces­sité. Si votre chauffage tombe en panne, vous appelez le répara­teur parce que vous devez. Si votre voiture tombe en panne, vous l’apportez chez le garag­iste par néces­sité. Et puisque per­sonne ne veut aller chez le doc­teur sauf s’il s’agit d’une sit­u­a­tion d’urgence, les gens remet­tent la recherche d’un traite­ment pour la douleur à plus tard.

Les gens croient sou­vent que le prob­lème va se régler avec le temps par lui-même. Peut-être dans le passé cela leur est arrivé, ou ils avaient d’autres prob­lèmes qui sem­blaient disparaître.

Par­fois, c’est vrai, cer­tain prob­lème sem­blent se cor­riger. Mais sou­vent, les gens vien­nent me voir seule­ment lorsque leur prob­lème sem­ble cri­tique. Pen­dant qu’ils attendaient et qu’ils espéraient, leur état ​​a peut-être dégénéré. Et cela sig­ni­fie que leur traite­ment va pren­dre plus de temps, plus d’argent et plus d’effort. S’ils étaient venus plus tôt, le prob­lème à traiter aurait été moins grave.

4. Croire que la dis­pari­tion de la douleur sig­ni­fie la réso­lu­tion du problème.

La douleur est un sig­nal que quelque chose ne va pas. Pour­tant, le plus sou­vent, la douleur n’est pas le prob­lème, c’est ce qui nous indique l’existence du prob­lème. En cas de douleur, il est naturel de s’inquiéter, et lorsque la douleur dis­paraît, il est naturel de croire que le prob­lème est résolu.

Beau­coup de gens éprou­vent de la douleur qui diminue ou dis­paraît soudaine­ment. Avec un soupir de soulage­ment, ils pensent que le prob­lème doit être dis­paru. Mais même si le symp­tôme est parti, le prob­lème peut être encore là, caché dans l’ombre.

Après quelques traite­ments chi­ro­pra­tiques, les gens expéri­mentent sou­vent une diminu­tion sig­ni­fica­tive de la douleur. Naturelle­ment, ils croient qu’ils sont «guéris» et se sen­tent prêts à arrêter le traite­ment. Faire cela trop tôt peut être une entre­prise risquée, car le prob­lème pour­rait bien revenir. Le symp­tôme a été soulagé, mais la cause n’a pas été entière­ment cor­rigée. Une réduc­tion de la douleur ne sig­ni­fie pas que le prob­lème a disparu.

La chi­ro­pra­tique n’est pas de la magie. Même lorsque la douleur diminue, c’est les résul­tats des tests qui nous indi­queront de façon fiable une cor­rec­tion impor­tante du prob­lème. Oui, nous voulons soulager les symp­tômes, mais nous voulons surtout traiter la prob­lé­ma­tique principale.

5. Vouloir des résul­tats instantanés.

C’est la nature humaine de vouloir sor­tir de la douleur aussi vite que pos­si­ble. Et donc, quand il s’agit de la douleur physique, les gens veu­lent tout sim­ple­ment que la douleur dis­paraisse. Ils veu­lent que ce soit réglé pour hier, et ainsi, ils tombent dans le piège de vouloir des résul­tats immé­di­ats. Ils veu­lent que le prob­lème totale­ment réglé en une ou deux visites.

Ce serait génial !

C’est clair : Pourquoi quelqu’un voudrait-il passer du temps et de l’argent pour la réso­lu­tion d’un prob­lème qu’ils ne voulaient pas en pre­mier lieu ? Ce serait plus facile si le prob­lème disparaissait !

Quand il s’agit de la douleur, les gens tombent facile­ment dans la pen­sée mag­ique. Un peu de temps ou de la magie chi­ro­pra­tique et hop ! Oui, cer­taines con­di­tions peu­vent répon­dre rapi­de­ment à un traite­ment et c’est génial lorsque ça arrive. Mais d’autres prob­lé­ma­tiques ont besoin de plus de temps et de plus d’un traite­ment pour réduire effi­cace­ment les symp­tômes et de cor­riger le vrai problème.

Vouloir des résul­tats instan­ta­nés empêche les gens d’avoir une image pré­cise et réal­iste de ce qui est vrai­ment néces­saire pour obtenir les résul­tats qu’ils veu­lent. J’ai tra­vaillé fort pour dévelop­per une approche effi­cace, mais elle n’est pas tou­jours instantanée.

6. Mas­quer le vrai prob­lème en trai­tant les symptômes.

Il y a telle­ment d’options lorsqu’il s’agit de soulager la douleur. Et que font la plu­part des gens lorsqu’ils ont mal ? Ils sor­tent les pilules.

Les pilules peu­vent sauver des vies, nous le savons tous. Mais quand il s’agit de douleur chronique, les pilules ne sont pas une solu­tion com­plète. Pren­dre des anal­gésiques est pal­li­atif. Cela sig­ni­fie qu’il peut aider à réduire l’intensité des symp­tômes, mais elle ne réso­lut pas ni ne cor­rige le prob­lème. « Traiter » les symp­tômes et non les causes n’est pas une solu­tion effi­cace. Ceci peut être utile à court terme, mais à long terme, cela pour­rait avoir des con­séquences néfastes.

Nous réal­isons qu’il aurait été préférable de chercher une solu­tion plus tôt. Les gens se tour­nent égale­ment vers des options telles que l’étirement, le mas­sage pro­fond et l’exercice physique pour résoudre la douleur. Tous ces éléments sont pré­cieux, mais peut-être pas adéquat pour résoudre le prob­lème en cause. Si votre douleur per­siste ou revient sans cesse, assurez-vous de vous faire examiner.

Les Éléments Constituants du Corps: Les 7 structures du corps et le chemin vers la guérison

Skyscraper Hotel 7283649

Lorsque j’avais 7 ans, mon père m’a offert une mon­tre en cadeau. J’étais excité et intrigué ! Je voulais savoir com­ment elle fonc­tion­nait, ce qu’il y avait à l’intérieur, et ce qui lui fai­sait faire tic-tac. Alors, j’ai fait ce que n’importe quel enfant de 7 ans aurait fait : je l’ai ouverte.

Qu’est-ce que j’ai trouvé ?

Lorsque j’ai déli­cate­ment soulevé le cou­ver­cle en espérant voir com­ment elle fonc­tion­nait, j’ai vu les pièces qui la con­sti­tu­ait: il y avait du verre et du métal, des engrenages, des vis et des ressorts. C’était les éléments dont le sys­tème était com­posé, et tous tra­vail­laient ensem­ble en par­faite har­monie pour que la mon­tre con­tinue à don­ner l’heure de façon pré­cise pen­dant des années. Mal­heureuse­ment, lorsque j’ai voulu remet­tre les pièces ensem­ble, ça n’a pas été aussi facile que je l’aurais souhaité.

Cette curiosité d’un enfant de 7 ans est prob­a­ble­ment la même qui m’a amené à vouloir en appren­dre autant sur le fonc­tion­nement du corps humain. Une mon­tre, comme toute machine, est un sys­tème fait d’éléments var­iés qui fonc­tion­nent ensem­ble en har­monie. Le corps est un de ces sys­tèmes.

De quoi le sys­tème cor­porel est-il composé?

Le corps est une machine biologique, et si nous regar­dons à l’intérieur pour décou­vrir ses secrets, nous pour­rons con­stater qu’il est com­posé de 7 struc­tures phys­i­ologiques. Ces 7 struc­tures font par­tie du sys­tème neuro-musculo-squelettique.

Ces 7 struc­tures inter­agis­sent ensem­ble, tel un sys­tème pour for­mer un tout, et cha­cune joue un rôle cru­cial dans notre santé et notre fonctionnement.

Les os et les lig­a­ments for­ment la struc­ture. Ils don­nent une solid­ité au corps, et sans eux, nous auri­ons l’air de limaces ram­pant au sol. Ce ne serait pas une vue agréable.

Les mus­cles et les ten­dons ren­dent les mou­ve­ments pos­si­bles. Ils sont la source de notre capac­ité à agir et à faire. Sans les mus­cles et les ten­dons, nous seri­ons comme des roches – nous seri­ons sim­ple­ment étendu, inca­pable de bouger. La vie humaine serait d’un ennui terrible !

Les artic­u­la­tions per­me­t­tent la mobil­ité et la flex­i­bil­ité. Pensez à des fig­urines qu’on peut manip­uler et dont on peut changer la posi­tion et la forme. Les artic­u­la­tions sont comme des charnières qui per­me­t­tent aux portes d’ouvrir.

La peau est une cou­ver­ture mul­ti­fonc­tion­nelle qui pro­tège la chair. Pouvez-vous imag­iner à quel point nous seri­ons sexy sans peau? La peau nous per­met aussi de percevoir notre envi­ron­nement. Elle nous donne une sen­si­bil­ité tac­tile qui nous sert à capter l’information qui cir­cule autour de nous.

Les nerfs sont le cen­tre de con­trôle. Ils con­trô­lent le sys­tème musculo-squelettique, régu­larisent l’action, les mou­ve­ments, le fonc­tion­nent des organes et des fonc­tions vitales.

skyscraper-hotel-7283649

Si nous voulons com­pren­dre ces 7 struc­tures, nous pou­vons les com­parer à un édifice. Un édifice est une struc­ture com­plexe faite de plusieurs par­ties et éléments, cer­tains vis­i­bles et d’autres non. Il y a une fon­da­tion, des planch­ers, des murs, un toit, un ascenseur, un sys­tème de plomberie et élec­trique, de l’isolation, et plus encore. Toutes ces par­ties sont inter­re­liées, et cha­cune doit bien fonc­tion­ner pour que la total­ité de l’édifice opère par­faite­ment. Sinon, l’édifice entier (et ses occu­pants) en subiront les désagréments.

Lorsque quelqu’un est souf­frant et cherche un traite­ment con­tre la douleur, celui-ci doit néces­saire­ment incor­porer les 7 struc­tures afin d’être effi­cace, puisqu’elles sont reliées les unes aux autres. Si l’une des 7 struc­tures est lais­sée de côté, le prob­lème va prob­a­ble­ment per­sis­ter ou revenir.

Nouveau design des séances

Photohhh

Expéri­mentez le nou­veau design de nos séances

Basé sur les pré­cieux com­men­taires de mes patients, j’introduis un nou­veau design des séances dont vous prof­iterez à cha­cune de vos vis­ites. Les réponses ini­tiales à ce for­mat  ont été très ent­hou­si­astes et j’espère que vous l’apprécierez aussi.

J’ai énuméré le nou­veau for­mat ci-dessous pour que vous sachiez ce à quoi vous pou­vez vous atten­dre. Jetez-y donc un coup d’œil !

 

Nou­veau design des séances au Cen­tre Chi­ro­pra­tique Atwater

1. Le rap­port initial

Chiropraticien MontréalLorsque vous arrivez pour votre séance et avant que nous com­mençons, vous aurez une brève ren­con­tre avec mon assis­tant pour enten­dre ce que vous avez expéri­menté depuis votre dernière vis­ite. Il est impor­tant pour moi de con­naître vos pro­grès et amélio­ra­tions ou savoir si vous avez expéri­menté un change­ment quel­conque telle qu’une raideur, une souf­france ou une blessure.

2. Éval­u­a­tion et diagnostique

La séance com­mencera avec une éval­u­a­tion et diag­nos­tique glob­ales qui nous informeront exacte­ment sur ce qui doit être fait durant la séance pour que vous expéri­men­tiez un max­i­mum de béné­fices. J’examinerais votre pos­ture, la fonc­tion des nerfs et des mus­cles, recher­chant une ten­sion ou un mou­ve­ment lim­ité dans la colonne vertébrale et artic­u­la­tions afin d’identifier et de localiser les zones ayant besoin de soins.

3. Traite­ment des mus­cles et ligaments

Pour com­mencer, les zones sur lesquelles nous tra­vaillerons seront libérées avec un traite­ment mus­cu­laire pré­cis. À ce stade, nous inter­venons et traitons les mus­cles, les ten­dons et les lig­a­ments. Un mas­sage ciblé et une pres­sion appliquée seront util­isés pour soulager les ten­sions et atténuer les dom­mages aux mus­cles dans le but de restau­rer les tis­sus mous.

4. Ajuste­ment et inter­ven­tion structurale

Ensuite, nous ter­minerons le traite­ment de la con­di­tion pri­maire avec des inter­ven­tions ciblées qui s’adressent spé­ci­fique­ment à cha­cune des 7 struc­tures essen­tielles du corps humain (os, lig­a­ments, mus­cle, ten­don, artic­u­la­tion, nerf, peau). Ici, nous traitons la struc­ture du corps. Basé sur l’évaluation et le diag­nos­tique, je per­formerais aussi un ajuste­ment chi­ro­pra­tique pour réaligner toutes vertèbres déplacées et cor­riger les subluxations.

5. Éval­u­a­tion et complétude

Tout bon tra­vail néces­site une touche final. Pour com­pléter la séance, je prendrais le temps de mesurer et d’évaluer le tra­vail que nous avons effec­tué. J’effectuerais ensuite les inter­ven­tions appro­priées, nous per­me­t­tant d’assurer que notre tra­vail est ter­miné.
Je suis ici pour vous guider vers une meilleure santé alors faîtes-moi savoir ce que vous pensez des nou­veaux développe­ments. S’il y a quelque chose que je peux faire pour ren­dre votre expéri­ence plus effi­cace et agréable, je serais heureux d’entendre vos commentaires.

 


SEO Powered By SEOPressor